mercredi 28 mars 2018

Que penser des saintacles ?



     De tout temps, les humains parents de saintacles n'ont que très rarement officialisé leur progéniture (le peu l'ayant fait ayant été exclus et traités de fous immoraux). La majorité de ces enfants rejetés ont donc été élevés chez les monstres.


     Ils grandirent en secret et lorsque des humains finirent par en rencontrer, ces derniers furent obligés d'officialiser l'existence d'une espèce mi-humaine, mi-monstre. C'est à ce moment que le fameux nom de "saintacle" fut donc inventé. Mais si attribuer un nom à cette espèce était simple, les débats et inquiétudes que soulevèrent cette découverte furent plus complexes.


     En effet, maintenant qu'il était évident que des fous et des folles avaient bel et bien décidé de s'accoupler avec des monstres par le passé, il fallait alors savoir si les enfants nés de ces unions tenaient plus du monstre ou de l'humain ? Autrement dit, un saintacle était-il aussi sauvage et bestial qu'un monstre ou était-ce un être social et intelligent tel que l'humain ?
     Mais en réalité, la véritable question qui importunait les humains de l'époque était :


 Faut-il tuer ou préserver ces saintacles ? 


     Aucune décision ne fut prise et les humains finirent par laisser les saintacles en vie en feignant de ne jamais avoir croisé leur route.


     Aujourd'hui, l'existence des saintacles est réfutée par les humains. Certains textes osent tout de même raconter que quelques rares fous ont un jour osé donner naissance à des êtres mi-humains, mi-monstres mais il est toujours explicitement précisé que cette espèce n'était et ne sera jamais viable car elle finit irrémédiablement par mourir quelques mois après la naissance.
     Ce mensonge en couvrait un autre : il fallait coûte que coûte cacher que de nombreux humains avaient pu nouer une relation amoureuse avec des monstres. Si cette information s'ébruitait, elle viendrait trahir la croyance disant qu'un monstre ne peut être animé que par un seul et unique sentiment : la haine.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire