samedi 7 avril 2018

Symposium - A la recherche de vos souvenirs

  • Auteur : Faust Steiner
  • Support : RPG Maker VX
  • Langue : Français
  • Plateformes : Windows

      Symposium c'est le recalé de la session 2015 des Alex d'Or qui ne le méritait pas. Je ne sais plus comment je l'avais découvert mais j'avais été sidéré de voir qu'il n'avait pas passé les pré-tests alors qu'il aurait pu gagner plusieurs awards. A mon niveau, tout ce que je pouvais faire c'est en faire un article pour vanter les qualités du jeu.
      Cet article je l'ai relu récemment et j'en étais déçu, notamment parce qu'il ne rendait pas un assez bel hommage à ce projet selon moi. Alors je me suis dit "Hé, et si on réécrivait cet article pour essayer de faire mieux ?". Et bien c'est parti :




Page Alex d'Or
  • Genre : Narration, exploration
  • Thème(s) : Fantastique, Amnésie, Onirique
  • Durée approximative : 1 Heure 30
  • Poids du jeu : 94 Mo
  • Avancement du jeu : Version finale

      Plongez dans le passé.
      Le passé oui, mais lequel. Le votre ? Celui de gens que vous connaissez ? Est-ce que cela est vraiment important... Les souvenirs sont là, en morceaux. Est-il possible de les réassembler ? De les réparer ? Est-il possible de tout réparer ?
      Symposium vous prend à part et vous propose de vivre quelque chose. D'agir. Ou au moins d'essayer. Mais pourquoi essayer ? Que ressortira-t-il de ce plongeon dans la tourmente ? Rejoindrez-vous la surface ou tomberez-vous au fond des abîmes ? Vous ne pouvez pas le savoir avant d'avoir tenté.

Hé, pourquoi pleurez-vous ?

Une expérience narrative

      Quel est ce jeu ? Quel est l'histoire ? Que faut-il faire ? ... Qui êtes-vous ?
      Vous n'avez pas les réponses à ces questions mais vous ressentez le besoin de trouver des explications. Pour vous aider, une voix dans votre tête, une voix qui vous connait, qui vous accompagne, qui vous conseille. Alors vous l'écoutez (comment serait-il possible de ne pas le faire ?) et vous rejoignez un lieu étrange nommé "Symposium".
      Dès votre arrivée, mettez vos croyances de côté. Vos connaissances, vos pensées, vos joies et vos peines, sortez-les de vos poches et posez-les dans la corbeille. Vous n'en avez pas besoin là où vous allez. Peut-être que vous pourrez les récupérer à votre sortie ? Si du moins vous arrivez à sortir.


Bienvenue dans le symposium

      Très vite vous rencontrerez des âmes tourmentées, des hommes et des femmes qui ont une histoire, des inquiétudes, des angoisses. Alors vous devrez les aider en recollant leurs souvenirs, en leur apportant un fragment de leur vie que vous avez trouvé dans les dédales du symposium. Une fois apaisés, une fois qu'ils auront repris contrôle de leurs sentiments, ils pourront s'en aller, vous laissant simplement le souvenir de les avoir rencontré, vous permettant peu à peu de comprendre ce qui les lie tous... Ce qui vous lie à eux.
      Symposium c'est une multitude d'histoires qui en raconte une grande. On rentre dedans en tant que spectateur et on en ressort en étant acteur. On s'investit, on se sent concerné, on veut découvrir et comprendre.


      En terminant le jeu, en mettant un terme à notre expérience, on a envie d'y retourner, de recommencer. Maintenant qu'on a toutes les clefs en main, quelles sous-portes peut on ouvrir ? Quels détails peut-on comprendre ? Le symposium ne laisse pas facilement repartir les visiteurs, aussi bien physiquement que mentalement.


L'histoire en plat principal

      Sans grande prétention, les environnements du symposium ont été créés à partir des RTPs du logiciel qui ont tout juste été modifiés pour renvoyer une image plus singulière, moins réelle... Plus onirique. Car oui, le but n'est pas de faire beau mais plutôt de servir un propos.
      En explorant ces environnements étranges, fantastiques, on ne s'intéresse pas à la cohérence des lieux ou à l'esthétisme des maps. Ces dernières soutiennent ce sentiment de flou, d'irréel... De potentielle inexistence de tout ce que vous êtes en train de vivre. Mais plus encore, ces maps renvoient l'image que ce qui est important ici, ce sont les mots.


Où nous mènes-tu Symposium ?

      Symposium met l'histoire au centre du jeu et montre que cela peut fonctionner. On est animé par les souvenirs, par le besoin de réponses à nos questions. Et ce besoin, il nous pousse et nous fait passer outre les défauts du jeu. Malgré les quelques aller-retours à faire et refaire, malgré les quelques fois où l'on se sent perdu, malgré quelques problèmes de praticité, on ne pense qu'à cette envie de rencontrer, de découvrir puis de comprendre.
      Pendant un peu plus d'une heure, on est happé. Une heure c'est exactement le temps qu'il fallait pour raconter cette histoire, pour ne pas rendre le jeu trop longuet, trop pesant. C'est une expérience légère qui nous emporte, qui nous emmène et qui nous laisse, un peu plus abasourdi qu'on ne l'était.


Alors dis-nous Yuko, que penser de Symposium ?

      Deux ans après y avoir joué pour la première fois, j'étais encore marqué par Symposium. Il trônait là, dans mon esprit, dans ma liste de jeux RM préférés.
      J'avais gardé en tête son ambiance, sa malice et la narration de son histoire si particulière. En y rejouant, j'avais un peu peur d'être déçu, de peut-être me rendre compte que j'avait embelli les souvenirs que j'en avais. Après tout la forme du jeu reste très simple. Est-ce qu'il était si intéressant que ça ?


      Et finalement, il n'y avait pas de quoi s'inquiéter. Sous ses apparences simplistes, Symposium est plutôt complexe. Il propose une expérience singulière. Une expérience qui fait du bien. Et si ça ne suffisait pas, il prouve une idée que j'aime défendre, celle qui dit que rien ne sert de chercher à faire complexe lorsque que le simple a bien été réfléchi.

      Symposium possède un pouvoir particulier, celui de faire s'arrêter le temps lorsque l'on y joue. On explore, on découvre et les secondes ne s'écoulent plus. C'est doux, c'est calme... c'est pur. Chaque personnage, chaque âme perdue dans le symposium possède son histoire résumée en trois petites lignes. Trois petites lignes qui suffisent à faire passer de nombreuses informations, de nombreuses émotions... A faire que l'on s'attache.

      Je crois que Symposium reflète exactement ce que j'aime dans le making. Cette envie de raconter quelque chose, mais de le raconter d'une façon particulière. Difficile d'en dire plus sans spoiler, du coup je préfère vous laisser et vous inciter de découvrir tout ça par vous-même.

Mais... Ça va ? Pourquoi pleurez-vous ?
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire